Assemblée nationale / Mboso aux députés nationaux: » la question de l’Est c’est la vie ou la mort »

A l’ouverture de la plénière de ce mercredi 7 avril sur la situation sécuritaire dans l’est de la RDC, le Président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso a fait une communication interpelant certains lobbies nationaux et internationaux.
Le président de la Chambre basse du parlement n’est pas allé par le dos de la cuillère en utilisant des mots qui conviennent pour qualifier ce qui se passe dans la partie Est du pays.
Il indexe du doigt la communauté internationale qui garde silence face aux atrocités des groupes rebelles étrangers qu’elle avait autorités à franchir les frontières congolaises et y installer.

« Chers collègues, il est temps que la communauté internationale qui a encouragé l’entrée des ADF, des Interahamwe, des FDLR et de tous les autres groupes armés, prenne aussi conscience. Nous en avons ras-le-bol, qu’il y ait un retrait de ces groupes étrangers sur le territoire congolais, qu’on les amène ailleurs, dans d’autres pays que la Repu bloque démocratique du Congo. Que la communauté internationale prenne toutes les dispositions pour que ces groupes quittent notre pays », a déclaré Mboso devant les députés réunis en plénière.

A part leur statut autrefois des réfugiés, ces derniers sont transformés en rebelles en tuant avec extrême atrocité les autochtones et exploitent les richesses congolaises grâce aux lobbies nationaux et internationaux, comme le dit le Président Mboso. Il appelle les députés à l’engagement pour le retour de la paix dans la partie orientale de la RDC.

« Nous avons offert l’hospitalité à des troupes, ce sont des massacres que nous subissons simplement pour avoir été juste, honnête et ils le font au mépris de tous les accords internationaux. Alors que les réfugiés ne peuvent pas prendre les armes.  Ils sont venus comme réfugiés, ils exploitent nos richesses. Là nous touchons à une question de vie ou de mort pour certains lobbies nationaux et internationaux. Mais la vie de nos frères et nos sœurs est la raison d’être dans cette Assemblée nationale. Nous nous engageons avec détermination pour que la paix soit rétablie dans l’Est du pays », declare avec determination le speaker de l’Assemblée nationale.

Il a par ailleurs proposé la création d’une commission d’enquête pour s’y rendre afin de s’imprégner de la situation.
Mais l’un des députés de cette parti du pays préfère d’envoyer la commission de Défense et Sécurité qui existe déjà au sein de l’Assemblée nationale. Au lieu d’en créer une autre qui sera budgestivore.

Christophe Mboso n’est pas à sa première déclaration sur la situation des tueries et exploitation illégale de minerais congolais par les étrangers. C’est cette richesse qui attire le convoitise de ces derniers et créé une instabilité sécuritaire décriante depuis plus de deux décennies.
C’est pourquoi, Christophe Mboso N’kodia Pwanga a, lors de la précédente plénière, demandé aux députés de l’Est de quitter les groupes armés.

Entre temps, Kakule Matembele encourage, au nom de toute sa communauté, le Président Mboso dans sa démarche promettant la publication de la liste des députés impliqués dans cette sale besogne.
Gel Boumbe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.