Après trois mois de conflit, comment la guerre en Ukraine a-t-elle bouleversé la géopolitique mondiale ?

Après trois mois de conflit, comment la guerre en Ukraine a-t-elle bouleversé la géopolitique mondiale ?

0 0
Read Time:9 Minute, 7 Second

En trois mois, l’invasion de l’Ukraine a révélé la fragilité de l’ordre mondial international établi depuis la fin de la Guerre froide. Si le bloc occidental s’est uni contre la Russie, d’autres pays refusent de choisir un camp.© Fournis par franceinfoAprès trois mois de conflit, comment la guerre en Ukraine a-t-elle bouleversé la géopolitique mondiale ?

« Un changement d’époque. » Une semaine après le début de l’invasion russe en Ukraine, Emmanuel Macron a mis en garde : « La démocratie n’est plus considérée comme un régime incontesté. (…) Elle est plus que jamais un système de courage, un combat de chaque instant ». En visite en Pologne quinze jours plus tard, Joe Biden a partagé la même vision face à des soldats américains.« On est le seul pays au monde qui représente un idéal (…) : vous êtes là pour défendre la démocratie contre l’autocratie », a affirmé le président des Etats-Unis.

>> Suivez les dernières informations sur la guerre en Ukraine dans notre direct

Trois mois après le début de la guerre, cette lecture du monde n’est toutefois pas forcément partagée dans les pays du Sud. A l’ONU, plusieurs Etats émergents, dont la Chine, l’Inde, et le Brésil, se sont opposés ou abstenus lors du vote de résolutions condamnant l’offensive russe. Comment comprendre ces positions ? Quelles alliances et fractures géopolitiques la guerre a-t-elle mis au jour ? Franceinfo s’est penché sur ces questions.

L’Union européenne a renforcé sa politique de défense

La guerre en Ukraine est un tournant historique pour le serpent de mer de la construction européenne : la défense. « Il y a eu une prise de conscience violente, de la part des Européens, que la guerre était de retour sur le continent », explique à franceinfo Federico Santopinto, spécialiste de l’intégration européenne. Dès fin février, l’UE débloque 450 millions d’euros de matériel militaire et livre, pour la première fois de son histoire, des armes à un pays tiers. Lors d’un sommet à Versailles en mars, les 27 s’accordent également pour « augmenter substantiellement leurs dépenses de défense ».Payer son électricité jusqu’à 90% moins cher, c’est désormais possible légalementSponsoriséSponsoriséVolt

Lors de l’adoption de la « Boussole stratégique » (un plan destiné à renforcer la politique de sécurité et de défense d’ici 2030, comme l’explique Toute l’Europe), la Russie est pointée comme menace pour la première fois. Une position inédite puisque plusieurs Etats membres avaient une position indulgente vis-à-vis de Moscou jusque-là, relève une note de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS).

« Ce choc de l’agression russe mobilise des efforts que l’on n’avait jamais vus avant. »Ronja Kempin, chercheuse au sein de la Stiftung Wissenschaft und Politik

à franceinfo

Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne, la Belgique et le Danemark décident d’augmenter leurs dépenses en matière de défense. Berlin annonce une hausse de ce budget à plus de 2% du PIB, rompant ainsi avec sa tradition pacifiste d’après-guerre. De son côté, la Suède met fin à sa neutralité en acceptant de livrer des armes à l’Ukraine. Une première depuis 1939.

Les Etats-Unis ont réinvesti l’Europe avec l’Otan

Deux ans après qu’Emmanuel Macron a jugé que l’Otan était en état de « mort cérébrale », la guerre en Ukraine a permis un sursaut inattendu de l’Alliance atlantique. Joe Biden écarte tout envoi de troupes sur le front, mais déploie 100 000 soldats américains dans les pays baltes, en Pologne et en Roumanie, pour renforcer le flan oriental de l’organisation. Washington prend également des sanctions économiques inédites contre Moscou et vote une aide de près de 15 milliards de dollars pour l’Ukraine. Fin avril, face à l’intensification des combats, le pays annonce l’envoi d’armes lourdes et offensives à Kiev.

Ce retour en Europe contraste avec les priorités de Joe Biden au début de son mandat : la zone indo-pacifique et la Chine. En septembre 2021, la rupture d’un contrat d’achat de sous-marins français par l’Australie, au profit d’appareils américains, avait d’ailleurs provoqué une vive crise entre Washington et Paris. Mais la l’invasion de l’Ukraine a renforcé leurs relations. « La guerre rend les Européens plus dépendants des Etats-Unis », analyse Sylvie Matelly, directrice adjointe de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS).

« Dans les années qui viennent, les Européens vont augmenter leurs dépenses militaires et énergétiques auprès des Etats-Unis, pour se protéger de la Russie. »Sylvie Matelly, directrice adjointe de l’Iris

à franceinfo

Toutefois, pour la chercheuse, « le jour où Vladimir Poutine ne sera plus au pouvoir, les Américains se concentreront à nouveau sur la Chine et pas sur l’Europe ».

La Chine et l’Inde ne condamnent pas la Russie mais ménagent l’Occident

A ce jour, la Chine n’a jamais condamné l’offensive russe, se refusant même à parler d’intervention. Les médias officiels reprennent la propagande du Kremlin, selon laquelle la guerre en Ukraine serait une réponse à une expansion de l’Otan à l’Est, et Pékin s’oppose aux sanctions économiques contre la Russie. « Les deux pays partagent l’idéologie d’un nouvel ordre mondial contre les démocraties libérales », souligne Valérie Niquet, spécialiste de la Chine.

Pékin vante son amitié avec la Russie, « solide comme un roc »et leur « coopération sans interdit »Derrière ce discours, la Chine garde toutefois une position prudente vis-à-vis de l’Occident. « A l’ONU, elle a rappelé qu’il fallait respecter la souveraineté nationale et les frontières. Elle ne soutient pas ouvertement l’invasion de l’Ukraine », reprend Valérie Niquet.

« La Chine a une position d’entre-deux. Elle soutient Moscou sans l’aider massivement. »Valérie Niquet, spécialiste de la Chine

à franceinfo

Car Pékin ne veut pas entacher ses relations avec les Américains et les Européens, ses principaux partenaires économiques. La Chine ne souhaite pas non plus « être soumise à des sanctions » comme Moscou, note Valérie Niquet.

New Delhi, qui s’est abstenu de condamner la Russie à l’ONU, adopte la même posture d’équilibriste. Selon France 24, environ 85% de l’arsenal actuel de l’Inde provient de la Russie, son premier fournisseur d’armes ainsi que son allié historique et commercial depuis la fin de la Guerre froide. Face à la pression occidentale, le Premier ministre indien Narendra Modi a toutefois appelé le 5 mai à une « cessation immédiate des hostilités » en Ukraine.

En Afrique, la priorité est donnée aux intérêts nationaux

Le 2 mars, une vingtaine de pays africains se sont abstenus à l’ONU de voter une résolution appelant à cesser l’invasion russe. Parmi eux : l’Algérie, Madagascar, le Mali, le Soudan, la République centrafricaine, l’Afrique du Sud ou encore le Sénégal. « Il y a ceux qui considèrent que ces conflits leur sont lointains et qu’il faut (…) ménager la chèvre et le chou dans leurs différentes coopérations », explique à TV5 Monde Michel Galy, spécialiste de l’Afrique de l’Ouest. C’est par exemple le cas de Madagascar, qui a signé en janvier un accord de coopération militaire avec la Russie.

D’autres, comme le Mali et la Centrafrique, sont « sous nouvelle influence russe avec l’appel aux mercenaires de Wagner« . « L’importance que prend Wagner (…) se rapproche d’un retournement d’alliance », estime Michel Galy. Ces mercenaires russes diffusent le récit selon laquelle la Russie serait un Etat anti-impérialiste, opposé aux anciennes puissances coloniales européennes en Afrique.

« Ces pays refusent de s’aligner sur l’ordre imposé par l’Occident et montrent aux Occidentaux qu’ils ne sont plus les maîtres du monde. »Sylvie Matelly, directrice adjointe de l’Iris

à franceinfo

De plus, l’Afrique est largement dépendante des engrais russes et ukrainiens, ainsi que de leur blé. A eux seuls, les deux pays couvrent un tiers de la consommation de cette céréale dans un quart des pays africains, rappelle The Conversation (lien en anglais).

Au Moyen-Orient, un rapprochement prudent avec la Russie

Traditionnellement alliés des Etats-Unis, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis (EAU) se sont prononcés à l’ONU pour l’arrêt de la guerre en Ukraine. Mais ils n’ont pris aucune sanction contre la Russie. Les deux monarchies du Golfe ont refusé d’augmenter leur production de pétrole, malgré les demandes de Washington pour contenir la hausse du prix des hydrocarbures. Et Dubaï a accueilli les oligarques russes en dépit de la volonté des Occidentaux de confisquer leurs avoirs, relève Le Monde.

Face au retrait des Américains du Moyen-Orient ces dernières années, Riyad et Abou Dhabi ont trouvé un nouveau soutien à Moscou. Les deux pays arabes reprochent aux Etats-Unis de ne pas avoir été plus fermes face aux attaques des rebelles houthis contre leurs territoires, dans la guerre au Yémen, et de ne pas s’engager à leurs côtés contre l’Iran, souligne une note de la FRS. Riyad n’a pas non plus apprécié que la CIA l’accuse d’être responsable de la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, en 2018.

De son côté, Israël fait profil bas. Allié indéfectible de Washington, l’Etat hébreu a condamné l’offensive russe. Mais, dès le 5 mars, le Premier ministre Naftali Bennett s’est rendu à Moscou pour y rencontrer Vladimir Poutine et se poser en médiateur du conflit. Tel-Aviv a aussi maintenu sa coopération militaire avec la Russie, qui contrôle l’espace aérien syrien, afin de continuer à frapper les forces iraniennes en Syrie.

En Amérique latine, le refus de choisir un camp

Hormis la Bolivie, le Nicaragua, Cuba et le Salvador, qui se sont abstenus, tous les pays d’Amérique latine ont voté la résolution de l’ONU exigeant l’arrêt de la guerre en Ukraine. Les abstentionnistes « condamnent la guerre mais considèrent qu’une bonne partie la situation est de la responsabilité de l’Occident », explique à franceinfo Christophe Ventura, spécialiste de l’Amérique latineIls estiment, comme le Kremlin, que l’Otan ne devrait pas s’étendre jusqu’aux frontières de la Russie et que cette dernière ne fait que se défendre.

Depuis vingt ans, à la faveur des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), l’Amérique latine s’est rapprochée de Moscou en matière de coopération militaire, technologique et d’échanges agricoles. Durant la pandémie, la Russie a livré de nombreux vaccins Spoutnik V sur ce continent. Ces pays dénoncent aussi le double discours des Occidentaux concernant la défense des droits humains. « Ils ont en tête l’intervention américaine en Irak, décidée sans l’accord de l’ONU, la guerre en Afghanistan ou la torture à Guantanamo », étaye Christophe Ventura.

« Ces pays ont suffisamment goûté l’interventionnisme américain depuis la fin du XIXe siècle. Pour eux, les Etats-Unis prennent position en fonction de leurs intérêts et non de principes moraux. »Christophe Ventura, spécialiste de l’Amérique latine

à franceinfo

Pour Christophe Ventura, ce « non-alignement » ne répond toutefois pas à un projet idéologique, comme c’était le cas durant la Guerre froide. « Il montre que chaque Etat se positionne désormais en fonction de ses intérêts conjoncturels ou immédiats, explique le chercheur. Il n’y a pas de voix latino-américaine unie. »

Afriquinfo

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
A la une Actualité Monde politique sécurité societé société