Affaires mission et passeport : faut pas trop tirer sur l’artiste

Le feuilleton « Kamerhe vs Mboso» prend un nouveau tournant à l’Assemblée Nationale.

La bataille, qui se jouait auparavant dans les coulisses, se transporte désormais sur la scène publique, avec des documents internes fuités sur les réseaux sociaux. L’objet du litige ?

Des passeports diplomatiques, la gestion des missions de l’Assemblée Nationale, et une mission au Canada qui attise les tensions.

Tout a commencé avec un voyage prévu pour Montréal, où Vital Kamerhe, le président de l’Assemblée Nationale, devait mener une délégation à la 49ème session plénière de l’Assemblée parlementaire des États francophones. Mais le deuxième vice-président, Christophe Mboso, a mis son veto sur le projet, accusant le bureau Kamerhe de mauvaise gestion des finances et de privilèges abusifs.

Les fuites de documents internes, dont une lettre de Kamerhe instruisant le ministre des Affaires étrangères d’octroyer des passeports diplomatiques à ses enfants, alimentent la polémique. Les « kamerhistes » accusent Mboso d’être à l’origine de ces fuites, le qualifiant de « saboteur » qui cherche à fragiliser le pouvoir de Kamerhe.

Mboso, quant à lui, s’est montré intransigeant sur la question des indemnités dues aux députés, accusant le bureau Kamerhe de ne pas les payer correctement. Il a également critiqué la gestion des missions, exigeant plus de transparence.

Face à la polémique grandissante, le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Jean-Claude Isaac Tshilumbayi, est monté au créneau pour éteindre l’incendie. Il a expliqué que la mission pour Montréal regroupait en réalité quatre ordres de mission distincts, impliquant différentes personnes pour des forums spécifiques se déroulant en marge de la session principale. Il a fermement démenti tout abus des finances publiques, qualifiant les chiffres avancés sur les réseaux sociaux « d’erronés ».

Ce bras de fer entre les deux hommes s’annonce tendu, le début d’un long feuilleton qui risque de paralyser le bon fonctionnement de l’Assemblée Nationale. Le peuple, spectateur impuissant de ce spectacle politique, se demande jusqu’où ces deux hommes iront pour se nuire mutuellement. Alors que la législature ne fait que commencer, la question qui se pose est : pourront-ils mettre leurs ambitions de côté pour servir le peuple ?

Dans cette bataille de pouvoir, c’est l’institution parlementaire et la démocratie qui risquent d’être les grandes perdantes. Le peuple, las de ces luttes intestines, attend des solutions concrètes et une amélioration de son quotidien. Reste à savoir si les deux protagonistes sauront faire preuve de sagesse et de patriotisme, ou si ils continueront à se déchirer pour satisfaire leurs ambitions personnelles.

NGK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Verified by MonsterInsights