Affaire Bukanga-Lonzo : l’Inspection Générale des Finances mise sur le grill

Si l’Inspection générale des finances, IGF, se met à se débattre jusqu’à tirer à boulets rouges sur le Sénateur Matata Ponyo, tel que l’avait précédemment si bien indiqué Sphynxrdc.com, c’est parce que, selon des informations en notre possession, cette affaire qui continue à sentir le roussi a clairement prouvé l’existence des combines dont les auteurs sont bien connus.

En effet, l’Inspection générale des finances qui indiquait s’être trouvée conforter dans sa position, refusant à l’ancien Premier ministre la partie du rapport concernant  les autres personnes impliquées dans le projet Bukanga Lonzo, conforte la thèse selon laquelle c’est la tête de l’homme à la cravate rouge qui est mise à prix. Ses détracteurs toujours prêts à l’assaut ont effectivement craint que le Sénateur serait toujours cette personnalité à disposer et à conserver sa côte très haute de popularité.

Comme on peut bien le constater, et à l’image de cette affaire dont Matata Ponyo est loin d’avoir été connecté dans les faits, l’IGF s’est bien trompé de cible en dépit de la mise de ses effluves de grill sur la place publique. C’est autant dire que tout en se mettant sur l’expectative, l’IGF a tenu à tout prix à avoir la tête de Matata Ponyo sur un plateau de vannier. D’où toute cette tartine de tracas dont est victime l’ancien Premier ministre du Gouvernement de Salut public.

Au cours de sa conférence de presse d’hier exclusivement sur l’enquête de l’inspection générale des finances (IGF), Matata Ponyo a étalé les insuffisances de l’IGF. Par ailleurs, il y a lieu d’indiquer l’existence de sept études de faisabilité dont deux principales à savoir l’étude technique et l’autre de viabilité financière du projet. Ces études ont été faites par les organes de réputation internationale et très compétents.

Prenant l’opinion à témoins, Matata Ponyo a balayé d’un revers de la main toutes les allégations, estimant que c’est sa tête qui est recherchée. “Pendant que j’étais premier ministre, plusieurs membres du PPRD mon parti, et plusieurs membres du FCC cherchaient à m’éjecter…et l’un des éléments sur ça, c’était cette affaire de Bukanga Lonzo” , a clamé l’ancien chef de l’Exécutif congolais.

Raymond Okeseleke

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.